CONSTITUTION DU CAPITAL DE LA BANQUE D’INVESTISSEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DE LA CEDEAO (BIDC) : LA COTE D’IVOIRE S’EST ACQUITTEE TOTALEMENT DE SA QUOTE-PART

Docteur George Agyekum DONKOR, Président de la BIDC, à la tête d’une forte délégation, a été reçu en audience ce mardi 11 mai 2021 par le Ministre de l’Economie et des Finances, Monsieur Adama Coulibaly, à son Cabinet sis au 20ème étage de l’immeuble Sciam au Plateau.

 

A sa sortie d’audience, le Président de la Banque d’Investissement et de Développement de la Cedeao (BIDC) a dit être venu, dans le cadre d’une mission, pour manifester de vive voix toute sa gratitude envers le Gouvernement ivoirien pour le soutien dont bénéfice sa structure. Pour lui, la Côte d’Ivoire joue un rôle clé et reste un partenaire stratégique de la BIDC depuis sa création et surtout depuis sa transformation à part entière en une Institution de Financement du Développement (IFD).

 

« (…) La Côte d’Ivoire a bénéficié des investissements cumulés de la banque autour de 275 milliards de francs CFA et à date, il y a des projets qui sont en cours d’exécution. Je suis venu aussi remercier le Gouvernement ivoirien et particulièrement le ministre de l’Economie et des Finances pour la libération totale la part de la Côte d’Ivoire dans la constitution du capital de la banque. L’Etat ivoirien vient récemment de s’acquitter totalement de sa quote-part, ce qui dénote de son soutien indéfectible vis-à-vis de notre organisation » s’est exprimé Docteur George Agyekum DONKOR.

 

La Banque d’Investissement et de Développement de la Cedeao (BIDC) est le bras financier de la Cedeao appartenant aux quinze (15) Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest que sont : le Bénin, le Burkina Faso, le Cap Vert, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Libéria, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo.

 

La Banque est issue de la transformation, en 1999, de l’ex-Fonds de coopération, de compensation et de développement de la Cedeao en un groupe bancaire dénommé Groupe de la BIDC.

 

[Le Fonds avait lui-même été créé en 1975, en même temps que le Secrétariat Exécutif de la Cedeao (aujourd’hui Commission de la Cedeao) et est devenu opérationnel en 1979].

La Banque d’investissement et de développement de la Cedeao (BIDC) avait démarré ses activités opérationnelles le 1er janvier 2004, sous la forme d’une société holding avec deux filiales spécialisées :

 

• Le Fonds régional de développement de la Cedeao (FRDC) dédié au financement du secteur public ;

• La Banque régionale d’investissement de la Cedeao (BRIC) dédiée au financement du secteur privé.

 

Par Décision A/DEC.3/06/06 en date du 16 Juin 2006, la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la Cedeao a décidé de la réorganisation du Groupe de la BIDC en une entité unique dotée de deux guichets, l’un chargé de la promotion du secteur privé et l’autre du développement du secteur public. La Banque fonctionne sous cette nouvelle forme depuis janvier 2007. Le siège de la Banque est à Lomé au Togo.



La Vision

 

La vision de la BIDC est d’être la première institution régionale de financement de l’investissement et du développement en Afrique de l’ouest et un instrument efficace de lutte contre la pauvreté, de création de richesse et de promotion de l’emploi en vue du bien-être des populations de la région.

 

Mission et Objectifs

 

La Banque s’est assignée pour mission d’aider à la création des conditions permettant l’éclosion d’une Afrique de l’Ouest économiquement forte, industrialisée, prospère et parfaitement intégrée, tant au plan interne que par rapport au système économique mondial, afin de profiter des opportunités et des perspectives offertes par la mondialisation. Conformément à ses statuts, l’objectif de la Banque est de :

• Contribuer à la réalisation des objectifs de la Communauté, en accompagnant les projets de création d’infrastructures d’intégration régionale, et tous autres projets de développement dans les secteurs public et privé ;

• Aider au développement de la Communauté par le financement de programmes spéciaux.

 

Structure du capital

 

Depuis le 10 Octobre 2011, la Banque a renforcé ses fonds propres, en portant son capital autorisé de 603 millions à 1 milliard d’UC, soit environ 1,5 milliard de dollars US, détenu à 70% par les régionaux (15 Etats membres de la CEDEAO), les 30% restants, soit environ 450 millions de dollars US sont ouverts à souscription pour les non-régionaux.